AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bonnes année à tous et meilleurs voeux !! Le crazy staff.
Pensez à recenser votre avatar et vos scenarii !!!

Partagez | 
 

 in your brown eyes ϟ VITALY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

SCREAM PLEASE,
ADMIN ∞ bambi in a mad house


▬ MESSAGES : 168
▬ DATE D'ARRIVEE : 12/12/2011
▬ AVATAR : sophia bush
▬ CREDIT : nothing else matter
▬ AGE : trente-deux ans
▬ GROUPE : medical staff



MessageSujet: in your brown eyes ϟ VITALY   Sam 31 Déc - 15:56

IN YOUR BROWN EYES



"Allô, McMahon? On a besoin de toi. Andersen est en congés, et on a personne pour assurer la consultation de son client. T'es nouvelle, alors j'suppose que ton planning est loin d'être plein. Et que tu diras surement pas non à quelles heures sup', hein." Il fallait croire qu'à Shutter Island, chaque sonnerie de téléphone était synonyme de malheur. Postée devant la fenêtre de son cabinet de consultation, cigarette entre les lèvres et téléphone à la main, Gabriel soupirait à peine. Sa pause semblait partir en fumée, comme celle du bâton de tabac. "Bonjour à vous. En congés ? J'ignorai qu'on avait le droit à des congés." Silence. Ces mots-là ne semblaient pas être les bienvenus. Elle avait laissé tomber un peu de cendre dans un joli cendrier argenté entre deux bouffées de fumée, avant de reprendre la parole. "...Je veux bien vous dépannez. Il n'y a pas de souci." Pas de souci. Il n'y en avait pas vraiment, au fond. La jeune femme n'avait pas encore un emploi du temps très chargé, et pouvait largement se permettre de prendre un nouveau patient, le temps des congés du collègue dont elle ignorait encore l'existence. "Le patient s'appelle Vitaly-Oz Aberline. Il devrait arriver avec son cortège d'ici une demi-heure". La voix avait repris avec entrain, mais n'avait pas laissé la possibilité à la jeune femme de dire quoi que ce soit. Lorsqu'elle avait demandé où se trouvait le dossier du patient, les "bip" du téléphone avaient déjà pris le relais. Un lourd soupire s'échappait des lèvres framboises de la jeune femme; la journée s'annonçait difficile. L'attente ne fut pas très longue; le temps d'un café et d'une seconde cigarette. On tambourinait déjà à la lourde porte de bois, comme trop pressé de larguer le patient à la mer. Le temps de finir de manger sa sucrerie préférée, et la jeune femme avait déjà ouvert la porte pour faire face à une escorte de vigile, et à son nouveau patient.

Son regard l'avait transpercé. Littéralement. Des yeux sombres, presque noirs, soulignés d'une rangées de cils. Intimidant, froid. Ses yeux avaient fait baisser les siens et un frisson avait parcouru son échine. Grossière erreur. Elle le savait, pourtant. Elle l'avait toujours su. Seulement, Gabriel était bien plus que déstabilisée par l'homme qui allait pénétrer dans son bureau. La panique avait pris possession de son esprit, et serrait sa gorge fine et pâle. Personne ne lui avait fait parvenir le dossier de ce détenu qui avait l'air d'en avoir derrière; nouveau moment de panique. La terre semblait s'ouvrir ses pieds. "McMahon. C'est pour toi. Bon courage." La voix du vigile l'avait tiré de ses pensées. Sans plus attendre, un beau sourire s'était glissé sur les lèvres de la jeune femme dont le regard était posé sur l'homme chargé de la sécurité. "Je vous remercie. Je vous appelle si besoin." Si besoin. La psychiatre avait réussi à s'arranger avec quelques vigiles pour qu'ils quittent son cabinet le temps de la consultation. Ces derniers attendaient devant la porte, au cas où. Un pacte presque secret lié à du bon café et à quelques cigarettes, mais surtout à une arme cachée dans le bureau d'ébène. Pour elle, l'intimité avait toujours été importante. "Ca va être difficile. Il va falloir qu'on reste pendant la consultation, cette fois-ci." Surprise, le regard ambré de la brune s'était posée sur le gorille devant elle. "Hein Aberline, t'es bien du genre à causer du tort aux dames, toi." Soupire de la brune. Elle avait horreur de l'abus d'autorité des gardes qui montaient trop souvent sur leurs chevaux. "Pas de ça, s'il vous plait." Une voix douce, mais ferme. Son visage avait suffisamment pivoté pour être face à celui de son futur patient. Elle lui avait offert un sourire, un peu comme un cadeau empoisonné qui avait signé le commencement de l'entretien. Après l'avoir invité à s'assoir, la jeune femme lui fit face sur son fauteuil roulant. Son regard s'était posé sur les mains menottées de son patient, puis sur les gardes qui trônaient devant la porte close de la pièce. Habituellement, ils étaient de l'autre côté, à l'extérieur. Elle appréciait guère cette situation, presque mal à l'aise de savoir que les gorilles auront à entendre les confessions de son patient. Machinalement, elle s'était tournée vers sa machine à café, avant de regarder Vitaly-Oz. "Vous voulez boire quelque chose ?" Gabriel avait toujours eu le chic de vouloir mettre ses clients dans un climat de confiance. Elle savait combien s'était lourd de devoir subir ce climat tendu et froid des cabinets de psychiatrie; elle-même y était déjà passée. Un atout certain avec la plupart des patients, une tare énorme pour les plus difficiles. Elle s'était de nouveau installée, léger sourire aux lèvres. "Je suis désolée monsieur Aberline, je n'ai pas pu prendre connaissance de votre dossier avant la consultation. J'espère que ça ira, néanmoins." La jeune femme redoutait un peu sa réponse, ainsi que la tournure de la consultation. Sa crainte la plus grande était le silence du brun face aux vigiles, qui se tenaient comme des vautours près à dévorer une carcasse. "Oh, pardonnez-moi. J'en ai oublié de me présenter. Je suis mademoiselle McMahon, je remplacerai pendant quelques temps votre psychiatre." La plaque en plaqué or qui trônait sur son bureau confirmé son titre. Gabriel McMahon, psychiatre. Ces mots étaient gravés comme dans une pierre. Des mots sans grande et réelle importance aux yeux de la jeune femme. Psychiatre était un beau métier, certes. Mais encore fallait-il arriver à bien l'exercer. Et Gabriel savait que dans un hôpital comme celui-ci, où tous les cas étaient perdus, l'affaire serait loin d'être gagnée et surtout celle-ci...


_________________




LET ME BURN

«SET FIRE » i let it fall, my heart. and as it fell you rose to claim it. it was dark and i was over until you kissed my lips and you saved me. but i set fire to the rain, watched it pour as I touched your face. well, it burned while I cry, 'cause I heard it screaming out your name, your name. ҩ set fire to the rain ; gif by CRAZY BUNNY.
DC : Zerachiel L. Laningham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

in your brown eyes ϟ VITALY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ҳ hellcome on shutter island. :: ► hopital ; aile est ◄ :: psychologists' offices-